Lettre à mon frère Martin FAYULU

Cher frère

Cher Président

Comme tous les Africains et démocrates épris de paix et de justice mais aussi en tant Centrafricain, voisin de la RDC, j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt les dernières élections tenues dans votre pays.

Obligé d’organiser ces élections après des années de tergiversation et ne pouvant recourir à la recette classique des dictateurs africains à savoir la révision constitutionnelle, Kabila a mis en place un véritable stratagème de fraude sans précèdent en Afrique à l’effet de conserver le pouvoir. Vous connaissez mieux que moi les éléments constitutifs de ce stratégème mais permettez-moi que je les rappelle à l’attention d’éventuels lecteurs de cette Lettre. Il s’agit :

  • Des machines à voter en réalité des machines à frauder 
  • D’une mainmise totale sur les institutions impliquées dans le processus électoral (CENI, Cour Constitutionnelle)
  • Du torpillage de votre compagne électorale (dispersion par la police des foules venues dans vos meetings, avions bloqués en Afrique du Sud etc.)
  • De la destruction partielle du matériel électoral par un mystérieux incendie
  • De la privation de vote de 1 500 000 électeurs dans vos fiefs électoraux sous prétexte de l’épidémie d’ébola
  • Du refus d’afficher les procès-verbaux en violation des dispositions du code électoral
  • De la proclamation des résultats à partir de 3 heures du matin, heure de prédilection pour les voleurs en Afrique
  • De la coupure des réseaux internet et sociaux sur toute l’étendue du pays
  • De la réduction au silence de RFI dont le correspondant a été expulsé
  • Des observateurs électoraux   étrangers déclarés non grata

En dépit de ce dispositif de fraude vous avez gagné l’élection présidentielle avec 62% des suffrages au grand dam de Kabila et du tandem Tshisekedi-   KAMERE qui à honteusement choisi de pactiser avec le diable.

Et pourtant  c’est le Chef de file de ce tandem un certain Félix Tshisekedi dont le score réel est de 17% que la CENI et la cour constitutionnelle, deux instruments inféodés à Kabila ,ont désigné comme vainqueur de l’élection présidentielle Kabila a signé ce jour sur les rives du Congo le plus grand hold-up électoral du 21e  siècle, confisquant ainsi votre victoire , la victoire du peuple Congolais au mépris de la vérité des urnes révélée par la CENCO dont le sérieux et la qualité du rapport ont été unanimement² salués et par la presse internationale ( RFI, TV5, FINAN CIEL TIMES ) qui après exploitation minutieuse des propres données de la CENI  a abouti aux même résultats.

Comme en 1961 l’année  qui a vu hélas l’espoir de libération de tout un peuple se briser avec l’assassinat de Patrice LUMUMBA, nous venons d’assister avec ce hold up électoral, à la volonté des ennemis intérieurs et extérieurs du Congo de maintenir le peuple congolais sous la dictature et perpétuer le système d’exploitation de ses richesses à ses dépens.

Comment ne pas adhérer à la thèse d’un véritable complot contre le peuple congolais quand on sait que la plupart des grands pays et des institutions en possession des résultats authentiques des élections ont d’abord exigé le respect de la volonté populaire pour ensuite se rétracter et annoncer qu’ils prennent note de la confirmation de l’élection de Tshisekedi par la Cour constitutionnelle, validant ainsi le vol organisé de main de maître par Kabila.

Parmi tous ces volte – faces, ces renoncements, une mention particulière doit être faite à l’Union Africaine. Après avoir émis des doutes sur les résultats officiels des élections, l’UA à la veille de l’arrivée de sa délégation à Kinshasa a opéré un revirement spectaculaire qui s’explique par un marchandage honteux entre Kagamé Président en exercice de l’UA et Kabila. En effet Kabila qui détenait dans ses geôles trois éléments du FDLR présentés comme des nouvelles recrues du  Général  KAYAMBA ancien Chef d’Etat-major de l armée Rwandaise passé à l’opposition et qui s’apprêterait à déclencher une lutte armée selon les autorités du Rwanda, a proposé un marché à Kagamé consistant à lui livrer les trois détenus Rwandais contre la révision de la position de l’UA. Marché conclu d’autant plus facilement que ce qui était présenté comme position de l’UA, était en réalité le point de vue du Président de l’UA et du Président de la Commission. Une fois de plus le peuple congolais est sacrifié sur l’autel des intérêts partisans.

Les argumentaires de la Communauté Internationale justifiant son revirement par le souci de favoriser une transition pacifique ne sont pas moins fallacieux. La vraie raison est ailleurs et toujours la même ; se positionner dans l’éventualité d’une redistribution des cartes afin de poursuivre l’exploitation des richesses naturelles du pays. Cette politique à courte vue se retournera inévitablement contre leurs auteurs. La lutte du peuple congolais s’inscrit dans le sens de l’histoire et sera certainement couronnée de succès

Votre combat pour la reconnaissance de votre victoire est juste, c’est pourquoi vous devez le poursuivre en dépit des embûches que vous trouverez sur votre chemin.

L’histoire jugera sévèrement tous les ennemis du peuple congolais qui se sont coalisés pour trahir les intérêts supérieurs de la Nation. Leur place est dans la poubelle de l’histoire où les attendent Tshombé, Mobutu et autres.

L’histoire écrite non pas à Bruxelles, Washington, Londres, Paris mais au Congo pour paraphraser Lumumba inscrira en lettres d’or que le 30 décembre 2018, le peuple Congolais a élu Martin FAYULU comme Président de la République Démocratique du Congo.

Cher frère  

Cher Président

Que Dieu vous bénisse

Que Dieu bénisse le peuple Congolais.

Daniel NDITIFEÏ BOYSEMBE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *