LES DERIVES DICTATORIALES DU REGIME TOUADERA : LE GOUVERNEMENT PERSISTE ET SIGNE.

Une fois de plus je me vois dans l’obligation de consacrer quelques lignes de cette édition du blog à la problématique de la menace que fait planer le régime TOUADERA sur notre démocratie. Il ne se passe pas de semaine sans que des actes liberticides ne viennent appeler notre attention sur la réalité de cette menace.

A l’interdiction brutale du meeting du Front pour la défense de la nation « E ZINGO BIANI » se sont ajoutés d’autres actes attentatoires aux libertés individuelles et collectives des centrafricains. Il s’agit :

Des manœuvres de tripatouillage de la loi électorale en vue de favoriser le MCU lors des prochaines consultations électorales.

De l’interdiction à nouveau de la conférence débat d’E ZINGO BIANI prévue le 13 juillet 2019 au Centre Jean XXIII

De la création d’une milice présidentielle les « LES REQUINS » composée essentiellement des délinquants et des tueurs qui se sont illustrés à l’occasion de la crise. Les menaces de mort proférées à l’endroit de quelques responsables de l’opposition en disent long sur le penchant fasciste de ces individus.

La dissolution de cette milice annoncée par ses géniteurs est une opération en trompe l’œil consistant à faire semblant de disparaitre pour mieux opérer dans l’ombre avec le soutien financier de l’Etat.

Pendant que l’opposition est muselée, le MCU, parti-Etat, organise librement ses réunions dans tous les quartiers de Bangui, affiche ses banderoles dans les principaux carrefours de la ville et bénéficie de la couverture médiatique de ses activités y compris les activités insignifiantes.

Le rôle négatif de la MINUSCA qui n’a pas hésité à choisir le camp des violeurs de la Constitution, a surpris plus d’un centrafricain. En effet les banguissois qui ont répondu à l‘appel de l’opposition et se sont rendus sur le site des manifestations, ont découvert avec consternation leur occupation par les troupes et les chars de la MINUSCA dont l’effet dissuasif est évident. Interdire des réunions publiques consacrées par la Loi Fondamentale de notre pays, participe du rétrécissement de l’espace démocratique par le Gouvernement que nous n’avons de cesse de dénoncer.

La MINUSCA a mieux à faire avec ses chars que de les déployer à UCATEX et au Centre JEAN XXIII à la demande des apprentis dictateurs.

En dépit du fameux Accord de Khartoum nos paisibles populations sont toujours massacrées par SIDIKI et autres seigneurs de guerre, le Km5 est toujours sous le contrôle des bandes armées qui arnaquent les commerçants et entretiennent l’insécurité. C’est dans ces zones d’insécurité que la MINUSCA doit déployer ses chars et non contre des citoyens aux mains nues se rendant au meeting de l’opposition.

Si le Conseil de Sécurité des Nations Unies n’y prend garde, le régime Touadera finira par installer une dictature avec la complicité active de la MINUSCA.

Fort de ce qui précède, l’on est en droit de douter de la transparence des élections de 2020.En multipliant les actes liberticides, le pouvoir dès maintenant envoie aux opposants un message clair :  Monsieur Touadera entend conserver par tous les moyens le pouvoir conquis dans des conditions que l’histoire élucidera un jour

.

Nditifei Boysembé

1 thought on “LES DERIVES DICTATORIALES DU REGIME TOUADERA : LE GOUVERNEMENT PERSISTE ET SIGNE.”

  1. C’est un euphémisme que de faire de la seule élection présidentielle systématiquement truquée et d’un parlement ethnique un régime démocratique. Tous ces gens qui se succèdent au pouvoir sont le fruit du choix hasardeux de ceux qui soumettent à travers eux nos pays. Le pire c’est que certains compatriotes s’y trouvent bien, tirant avantage d’une compromission indigne voir honteuse ! La noblesse et la finalité de la fonction politique sont loin d’être l’apanage des dirigeants Centrafricains, ce qui explique leur mépris du bien commun et la valeur de la dignité humaine. On sait comment finissent les apprentis dictateurs ! On peut tromper une partie du peuple une partie du temps mais pas tout le peuple tout le temps ! (Dixit un Président Américain)

Répondre à Léon ODOUDOU IGNABODE Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *