Formation du nouveau Gouvernement Centrafricain

Une semaine après la désignation  de monsieur  NGREBADA  comme Premier Ministre, un nouveau Gouvernement est formé le 3 mars 2019. Ce Gouvernement  est tout sauf un Gouvernement inclusif. Ses principales caractéristiques sont les suivantes ;

  1. Un Gouvernement pléthorique de 35 membres donc budgétivore alors que l’Etat dépend totalement des partenaires extérieurs pour le financement de ses dépenses de souveraineté. Il est possible de former un Gouvernement de 25 membres, équilibré entre les parties mais cela passe par la volonté politique de l’Exécutif de respecter l’esprit de l’Accord de Khartoum. En confiant à sa mouvance les 2/3 de portefeuilles et  la totalité des Ministères de souveraineté, le Président  Touadéra porte l’entière responsabilité de la tension née de la formation de ce Gouvernement.
  • Un Gouvernement de copains qui pour l’essentiel est une simple reconduction  du dernier Gouvernement Sarrandji dont les principaux ministres ont été  choisis en fonction de leur adhésion et soutien à la candidature du professeur Touadéra à la dernière élection présidentielle. Trois ans après, il serait peut-être temps de privilégier d’autres critères présidant le choix des membres du Gouvernement.
  • Un Gouvernement électoraliste.  Le Président Touadéra est obsédé par le renouvellement de son mandat, la création du Mouvement des Cœurs Unis qui se comporte en parti Unique participe de cette obsession. Il  en est de même de ce Gouvernement Ngrébada dont la feuille de route cachée est de travailler à sa réélection. C’est la raison principale du choix fait de reconduire le Gouvernement dans sa quasi-totalité. Il s’agit pour le Président de mettre ses hommes en ordre de bataille dès maintenant.
  • Un Gouvernement peu soucieux de la sécurité du peuple Centrafricain. Le Président Touadéra savait très bien que la composition de ce Gouvernement susciterait une réaction hostile des Groupes armés avec à la clef le risque de plonger à nouveau le pays dans des violences contre des paisibles citoyens. Et pourtant  il l’a fait, c’est dire à quel point la sécurité du peuple Centrafricain ne figure pas vraiment dans les préoccupations du pouvoir en dehors des discours officiels.

Le Président Touadéra à l’instar de son mentor l’ancien Président Bozizé, joue avec le feu. C’est le lieu de rappeler ici que c’est le non-respect  de l’Accord de Libreville de Janvier 2013 par le Président Bozizé qui a précipité la RCA dans une  guerre civile aux conséquences tragiques pour le pays et sa population . L’Accord de Khartoum est le fruit de l’investissement des chefs d’Etats de la CEMAC, du Soudan, des institutions telles l’UA, la  CEEAC qui entendent imposer la paix en RCA par tous les moyens sinon c’est courir le risque de la généralisation de l’instabilité .dans notre zone..Tous ceux qui se rendront coupables d’entraves à la mise en œuvre de cet Accord. trouveront face à eux les garants et parrains chargés par la communauté internationale de pacifier cette région. Le Président Bozizé l’a appris à ses dépens lorsqu’il  s’est avisé de torpiller l’ACCORD DE Libreville ;

Le Président Touadéra devrait tirer les enseignements d’une page de l’histoire récente de notre pays qu’il connait bien pour avoir été aux côtés du Président Bozizé.

En prévision de la réunion d’Addis Abéba du 18 mars 2019 et au nom de la paix, le Président a intérêt à revisiter la composition du Gouvernement  Ngrebada et proposer un Gouvernement réellement inclusif c’est-à-dire équilibré entre les parties réellement représentatives. Les  Groupes armés qui existent sur le terrain et contrôlent une portion du territoire, feront leur entrée au Gouvernement, les autres devront se contenter du DDRR.

Enfin je ne terminerai pas cette analyse sans lancer un appel aux Groupes armés pour observer strictement les dispositions de l’article 34 qui prévoient un mécanisme de règlement des litiges proscrivant au passage le recours à la violence.

Daniel Nditifeï BOYSEMBE 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *